Histoire - Don quichotte - Blog de Ma Collection - Le Templier

Publié le par Le Templier

Histoire - Don quichotte

 

 

 

L’Ingénieux Hidalgo Don Quichotte de la Manche, est un roman écrit par Miguel de Cervantes et publié à Madrid en deux parties, en 1605 et 1615.

Pour être précis, la seconde partie a été publiée sous le titre quelque peu divergeant de Segunda parte del Ingenioso Caballero Don Quijote de la Mancha, avec caballero au lieu de hidalgo. Une suite apocryphe des aventures de don Quichotte, écrite par Avellaneda, était parue en 1614 sous le titre Segundo tomo del Ingenioso Hidalgo Don Quijote de la Mancha.

Ce personnage est à l'origine de l'archétype du Don Quichotte, rêveur idéaliste et irraisonné, justicier autoproclamé.

 

 

 

dondore.gif

Une illustration de Gustave Doré pour une édition française

 

 

Roman écrit, selon son auteur, pour discréditer les romans de chevalerie et en dégouter les lecteurs. Il se révèle finalement être un super-roman de chevalerie, où les deux héros, Don Quichotte, un vieux gentilhomme long et maigre comme un jour sans pain, et son double cocasse Sacho Panza, vivent des "non-aventures" qui les rendent, à chaque page, un peu plus sages. Sancho Panza, au milieu du Second Tome, devient un véritable Salomon, et prend pour lui-même les meilleures décisions. Et Don Quichotte, de dialogue en dialogue, sur des sujets parfois graves, comme la justice ou le pouvoir, se révèle toujours une mine de sagesse qui impressionne ses interlocuteurs... et ses lecteurs.

 

Cervantès aura finalement mis à profit le plagiat dont il a été victime : en 1614, alors que son Don Quichotte paru en 1605 jouissait encore en Espagne d'un succès considérable, paraissait une suite écrite d'une main qui n'est pas celle de Cervantès et dont on ne connaîtra jamais la véritable identité. Or, dans le second tome qu'il entreprend immédiatement, il joue un jeu intellectuel très intrigant, où les personnages qui rencontrent les héros connaissent déjà sans les reconnaître et où il peuvent presque les précéder dans leurs aventures et les attendre là où il vont se rendre.

 L'argument annoncé par Cervantès est simple : désirant mettre en évidence la stupidité des romans de chevalerie à la mode à son époque, il met en scène un nobliau de province et son valet qui vont se placer dans la position, l'un de "chevalier errant", l'autre de son "écuyer", pour voir ce qui en découle : la réalité est très différente de la fiction, malgré toutes les tentatives de Don Quichotte pour donner à ses "non-aventures" des allures d'exploits chevaleresques.

 

Les scènes célèbres des moulins qui se transforment en géants et de l'auberge qui se transforme en château, placées au début du premier tome, mettent tout de suite dans une ambiance amusante, où le ridicule se dispute à l'absurde. Mais un épisode donne le ton de la "vérité sans fard" et du tourbillon de changements de perspectives et de coups de théâtre improbables qui feront l'unité profonde de ces deux livres.

 

Selon la mode de l'époque, on apprécie les "pastorales", où des bergers raffinés comme des damoiseaux rivalisent de talents poétiques pour exalter la beauté de leur aimée et sa cruauté. Cervantès nous noie sous une avalanche de protestations amoureuses en vers de mirliton, une outrance de poèmes d'amours et d'amoureux se mourant sous les dédains de leur bien-aimée, qualifiée de cruelle et d'ingrate. Mais, lorsque celle-ci paraît, dans la simplicité de son habit de bergère, on est subjugué par le ton de profonde vérité de son discours : pourquoi serait-elle taxée de cruelle si elle exprime simplement la vérité sur ses sentiments, sans essayer de tromper quiconque ? pourquoi, si la beauté attire l'amour, devrait-elle être sensible à ceux qui l'aiment, s'ils ne sont pas beaux ?

Nous apprenons, avec Don Quichotte, à ne plus prendre des vessies pour des lanternes et à devenir plus sensibles à la vérité, à ne plus nous laisser aveugler par les "maquillages" : noblesse et vertu, honneur et devoir, amour et richesses, art et justice, tous ces thèmes sont abordés d'une manière amusante, mais profonde, pour nous faire toucher du doigt ce qu'elles sont réellement. Don Quichotte est une leçon de sagesse sous des dehors de boufonnerie.

Q'chot, comme beaucoup l'ont remarqué, veut dire "vérité" en araméen. Et là, dans cette citation, se trouve peut-être le coeur de cette histoire : "Où se trouve la vérité, se trouve Dieu, son unique source."

Certains épisodes sont d'inspiration nettement orientale. On ressent parfois la même atmosphère qu'à la lecture des Mille et Une Nuits.

 

don_quichotte_et_sancho_panca_6706001_hi.jpg

 

« Seigneur, une large et profonde rivière séparait deux districts d'une même seigneurie, et que Votre Grâce me prête attention, car le cas est important et passablement difficile à résoudre. Je dis donc que sur cette rivière était un pont, et au bout de ce pont une potence, ainsi qu'une espèce de salle d'audience où se tenaient d'ordinaire quatre juges chargés d'appliquer la loi qu'avait imposée le seigneur de la rivière, du pont et de la seigneurie; cette loi était ainsi conçue: «Si quelqu'un passe sur ce pont d'une rive à l'autre, il devra d'abord déclarer par serment où il va et ce qu'il va faire. S'il dit vrai, qu'on le laisse passer; s'il ment, qu'il meure pendu à la potence, sans aucune rémission.» Cette loi connue, ainsi que sa rigoureuse condition, beaucoup de gens passaient néanmoins, et, à ce qu'ils déclaraient sous serment, on reconnaissait s'ils disaient la vérité; et les juges, dans ce cas, les laissaient passer librement. Or, il arriva qu'un homme auquel on demandait sa déclaration, prêta serment et dit: «Par le serment que je viens de faire, je jure que je vais mourir à cette potence, et non à autre chose.» Les juges réfléchirent à cette déclaration, et se dirent : «Si nous laissons librement passer cet homme, il a menti à son serment, et, selon la loi, il doit mourir; mais si nous le pendons, il a juré qu'il allait mourir à cette potence, et, suivant la même loi ayant dit vrai, il doit rester libre.» On demande à Votre Grâce, seigneur gouverneur, ce que feront les juges de cet homme, car ils sont encore à cette heure dans le doute et l'indécision. Comme ils ont eu connaissance de la finesse et de l'élévation d'entendement que déploie Votre Grâce, ils m'ont envoyé supplier de leur part Votre Grâce de donner son avis dans un cas si douteux et si embrouillé. »

C'est finalement Sancho qui donne la solution de l'énigme, en appliquant les sages préceptes de Don Quichotte.

Don Quichotte serait donc une sorte de "fou-sage" qui nous éclaire, par son comportement en apparence absurde, sur nos propres incohérences et nos propres mensonges.

Le livre est parsemé de phrases qui mériteraient de devenir des citations ou même des proverbes. Alors que Sancho Panza use et abuse de proverbes éculés, parfois n'ayant plus qu'un rapport très ténu avec son propos, il émet quelques profondes vérités, quoique cocasses et ramassées, alors que, dans les discours pleins de sens de son employeur Don Quichotte, on relève ça et là, parfaitement intégrée au propos et sans effet de... manche, une phrase dont la portée se révèle universelle :

"La fortune est une créature fantasque, toujours ivre, et aveugle par-dessus le marché : aussi, ne voit-elle point ce qu'elle fait et ne sait-elle ni qui elle abat, ni qui elle élève."

"L'indécis laisse geler sa soupe de l'assiette à la bouche."

"La valeur qui va jusqu'à la témérité est plus près de la folie que du courage."

"Si par hasard tu fais incliner la balance de la justice, que ce ne soit jamais sous le poids d'un cadeau, mais sous celui de la miséricorde."

Ce livre eut un tel retentissement dans toute l'Europe que des noms propres ou communs et des expressions sont passés dans le langage courant : "hidalgo" (équivalent de notre "nobliau", terme espagnol qui n'aurait pas de raison d'être connu en France sans Don Quichotte), "combattre des moulins à vent", Dulcinée (la femme que l'on aime, avec une pointe de ridicule : Dulcinée n'a rien d'une Vénus...), et, moins connu, Maritorne (du nom d'une servante très laide, et pourtant toujours prête pour la bagatelle)...

 

donquichotte.jpg

Publié dans Histoire et légendes

Commenter cet article

J M 29/09/2011 07:30



Bonjour


je n'ai pas cette figurine avec votre article qui est nickel et les photos de Djamp ca donne envie mecri vos travaux



djamp 28/09/2011 11:47



 ça ne va pas arranger ton portefeuille mais ça va sublimer ta vitrine donc tu es gagnant quand même d'autant
que le prix est tout à fait correct pour une pièce aussi aboutie, un must ! 



Le Templier 28/09/2011 12:12



On n'en voyait jamais sur e-bay et d'un coup il y en a eu deux. Ca risque pas de revenir de si tôt.



djamp 28/09/2011 09:15



Merci à toi ami Templier de mettre ce livre en lumière, ce livre est une réference !


Don Quichotte est une oeuvre aboutie, le parcours chaotique de l'auteur l'emmena à écrire ce chef d'oeuvre qui traversa les siècles, rares sont les livres dont nous gardons des expressions dans
la vie de tous les jours, Don Quichotte fait partie de ceux là. Un monument incontournable ! Je rajouterai à ta présentation, que ce livre inspire nos auteurs les plus talentueux encore de nos
jours, je pense entre autres à Jacques Brel et à son adaptation de la  comédie musicale "l'homme de la mancha" dans lequel le titre "la quête" reste l'un des fleurons de la chanson française
ainsi que le génial réalisateur Terry Gilliam (l'armée des douze singes, Brazil, les aventures du baron de Munchausen, fisher king, les féres Grimm, etc) qui tenta d'en réaliser un film avec Jean
Rochefort, film qui ne verra jamais le jour, seul un documentaire sur le tournage sortira qui s'appelle "lost in Mancha"


Je tiens également à rendre hommage aux EDG pour avoir réalisé cette figurine absolument parfaite ainsi que de signaler que c'est la seule figurine du catalogue a posséder une présentation aussi
soignée: un socle de résine accompagné d'un socle en bois avec le nom de Don Quichotte apposé dessus, le bois est noble et magnifique, un décor (que je ne connaissais pas il y a peu) qui montre
une volonté du détail dans la présentation, un certificat, une boite personnalisée, bref si l'on n'est pas dans la perfection, on n'en est pas loin ...


Seul petit bémol, j'aurais aimé avoir un Sancho Panza à coté car il est difficile de séparer l'hidalgo de son serviteur et je trouve que cela manque un peu mais il n'est pas trop tard et peut
etre qu'un jour nous verrons cette pièce apparaitre, voila une nouvelle pièce de mes rêves qui ne rentrera dans aucune catégorie de tes sondages, ami Templier, et pourtant ...


Cette réalisation en série limitée mérite toutes les attentions, c'est une sculpture qui rend le plus bel hommage possible à ce personnage mythique, j'adore cette pièce, j'en avais parlé lors
d'une ancienne présentation, la remettre de temps en temps en pleine lumière est une excellent chose, elle le mérite vraiment 



Le Templier 28/09/2011 09:46



J'avais très mal interprété la figurine de Don Quichotte, je trouvais le chevalier raté, mais en fait c'est tout à fait cela, c'est un chevalier raté oui mais voulu par l'auteur. La figurine
des EDG est alors splendide. La figurine me donne envie d'acheter le livre, le livre me donnera envi d'acheter la figurine. Ce qui ne fera pas les affaires de mon portefeuille !


 


Je me rends compte de qqchose après coup. Pour qqun qui ne tient pas compte des éléments extérieurs et esthétique outre la qualité de la figurine tu notes tout de même, la boite, le
certificat, le décor comme quoi quand le package est soigné c'est un gros plus !