Vos Collections Adoubement - Le Mendiant - Djamp - Blog Du templier

Publié le par Le Templier

Le Mendiant

 

 

Djamp m'avait déjà fait parvenir des photos du mendiant mais comme sur les derniers articles, il me reprochait à chaque fois d'avoir publié des photos qu'il ne m'avait pas envoyé pour cela, je me suis permis de lui demander de m'en refaire d'autres.

Je dois dire que je suis très content de lui avoir demandé car sa mise en valeur rend hommage à cette figurine qui au demeurant me paraissait fade. 

 

 

0000005610-mendiant 009

 

Elle prend alors toute sa mesure devant cette voute au carrefour d'escaliers.

 

0000005609-mendiant 008

 

 

 

0000005610-mendiant 010

 

On imagine alors un peu mieux la figurine dans ce contexte que dans celui de l'adoubement, sa place initiale. 

 

 

 

0000005611-mendiant 012

 

 

 

 

0000005612-mendiant 014

 

La figurine est assez sobre, Djamp la défendra mieux que moi sans doute, mais elle reste bien réalisée, ce n'est pas mon type de sujet mais elle agrémente un ensemble facilement. 

 

0000005612-mendiant 015

 

La mise en valeur est donc un excellent moyen de découvrir cette pièce qui se trouve un peu oubliée dans la structure de l'adoubement. Cette présentation la met alors en avant et on la regarde avec attention.

 

Beau travail Djamp !

 

Vous pouvez retrouver sa première présentation

Publié dans Collection Djamp

Commenter cet article

djamp 12/01/2012 22:41


Le personnage de l'ecuyer me va même si je considère que ma volonté de transparence de la part d'EDL était une lutte vaine, un combat contre un moulin, perdu d'avance mais qui valait le coup
d'etre mené ! Pour le chevalier, l'honneur n'est il pas lié au combat ? le courage n'est il pas lié au combat ? qu'est ce qu'un chevalier sinon un soldat à cheval qui participe à des tournois
entre deux combats? Il ne "sert" qu'à ça, c'est sa raison d'etre, l'habillage autour de l'amour courtois et ce genre de choses est très secondaire, tu peux voir de la poésie dans une explosion
nucléaire, ce champignon de feu est magnifique mais ça n'est qu'une arme de mort et de destruction massive, tu peux voir le beau là ou il n'est pas sur tous les aspects des choses mais un
chevalier est un guerrier au même titre qu'un archer ou un fantassin, rien de plus à l'origine. Maintenant Don Quichotte te va bien même si parfois je ne partage pas tes combats, j'essayerai de
remplir mon role d'écuyer 


Pour la présentation en individuelle de cette pièce, je pense sincérement que je n'ai aucun mérite car ce n'est pas vraiment moi qui l'ai mise en valeur, ce sont les EDG qui l'ont dévalorisé en
la noyant dans un amas de figurines ou ce personnage n'avait pas sa place. La scéne des mousquetaires est divisée en trois parties, la partie centrale est très interessante, la partie de gauche
(Richelieu and co) est également interessante, les chevaux de droite beaucoup moins à cause de l'aspect répétitif des équidés et l'ensemble, constitué de deux très acceptables plus une moyenne
donne un résultat quelconque, sans grand interet. Pour l'adoubement, je trouve qu'il gagne à etre épuré mais ça ne retire en rien la qualité des pièces à extraire de la scéne. Trop de personnages
tue le personnage, c'est dommage car les reines, les gardes, le mendiant valent le coup mais pas dans la scéne, ils n'apportent absolument rien. Les gardes sont utiles en dehors de la pièce, le
mendiant aussi, les reines sont assez réussies mais que font elles là? mystère  ...


Ton site permet de présenter des figurines méconnues ou délaissées car peu mises en valeur par feux EDG, tu combles un manque mais ce qui m'étonne et m'étonnera toujours c'est que ce soit toi qui
le fasse et pas le fabricant, je pense que tu as fait vendre plus de figurines que répliqua, c'est peut etre l'explication de l'attitude négative de JJG, qu'un amateur soit plus "vendeur" qu'un
grand professionnel comme lui doit faire un peu mal à l'égo. Quand je suis arrivé sur ton blog et que j'ai lu les propos du directeur, j'ai été frappé par son ton agressif alors que j'avais
devant les yeux, une superbe publicité vivante de sa production, n'importe quel chef d'entreprise digne de ce nom aurait réagi differemment, nous aimons tous nos figurines sinon on ne serait pas
là, la nature humaine est parfois étonnante, ta démarche de vouloir créer un lien avec cet individu m'a surpris également, tu avais en Christian et les autres participants à ce blog, ta mine
d'or, ton graal, ceux qui sont la vraie richesse et tu cherchais à créer un lien avec pèpère . Quand je fais
une mise en valeur, je pense à eux en la proposant pour échanger un regard peut etre différent sur une figurine, peut etre identique aussi mais jamais pour le marchand de soupe, si cette figurine
a plu à un collectionneur, j'en suis sincerement heureux, la mise en valeur est réussie 

Le Templier 13/01/2012 11:17



J'éclaircis ma comparaison, elle avait pour but de dire que j'ai sans doute une vision tronqué du moyen age comme Don Quichotte pouvait l'avoir. Je vois le beau sans forcement regarder le
moins bon. En ça son écuyer me parait plus sage que Don Quichotte tout comme toi.


Ceci je serai jamais d'accord sur le fait que le chevalier ne fait que la guerre enfin si mais au service du bien tout comme le dis Don quichotte. Tout comme lui, on parle plus souvent d'un
chevalier errant que le chevalier fait pour la guerre. Il nous parait alors que le chevalier se bat toujours pour des causes justes. Voila la comparaison que j'ai noté hier.


Tu as fait mieux que tu le penses car la personne en question ne collectionne même pas les EDG, c'est pour dire la portée que tu as eu avec ta mise en valeur.



djamp 12/01/2012 14:11


Merci ami Templier, ce n'est pas du JM mais bon, on fait ce qu'on peut avec les moyens du bord 


J'aime cette pièce !  Pour moi, le moyen age, ce n'est pas que la chevalerie, c'est aussi le vil peuple,
les gueux, la misère, les paysans, le clergé. J'adore la scéne de la catapulte et ce n'est pas un hasard non plus, le servant et le machiniste sont mes deux pièces préférées de cette scénette et
là, j'ai eu un vrai coup de coeur pour ce mendiant.


Bien sur, il n'a pas sa place dans l'adoubement, il joue un peu le role des oies des mousquetaires, on en rajoute pour faire plus beau et ça ne fait qu'"abimer" l'ensemble, le mendiant et les
oies auraient plus de cohérence à se trouver sur une petite scénette de rue mais bon, l'important est qu'il existe et c'est tant mieux 


Le charme de cette figurine tient essentiellement dans sa sobriété et dans la position très "parlante" du personnage. On sent la rouerie, la malice aussi bien dans le visage que dans la position
du corps légerement vouté pour accentuer la pauvreté du personnage. Cette pièce m'a fait voyager, m'a propulsé par son atmosphère dans une ruelle sordide ou des eaux usées s'écoulent le long d'un
caniveau. Dans mon imaginaire, j'y voyais aussi un vieil escalier de pierre, une petite place sur laquelle quelques passants aisés déambuleraient joyeusement, jetant ça et là une obole bienvenue,
bref, une figurine qui ne me laisse pas insensible du tout, loin de l'esprit guerrier d'un porteur de cotte de mailles ou seul le fracas de la guerre résonne, une figurine que j'aurais qualifié
d'indispensable si les EDG vivaient encore et que je ne conseillerai plus aujourd'hui de peur de se retouver avec un Quasimodo à la place d'un mendiant 

Le Templier 12/01/2012 20:44



En tout cas une personne m'a personnellement dit que la pièce était largement plus intéressante comme tu l'avais présentée que dans l'adoubement, ce qui est vrai !


On peut d'ailleurs imaginer les oies derrières le mendiant sur une route de campagne ou à la sortie d'une église.


En tout cas sans ta présentation, j'avoue que je n'aurais pas remarqué cette figurine dans l'adoubement, maintenant comme tu le sais je préfère un beau chevalier qui passerait à coté de ton
mendiant que ton mendiant lui même . Car malgré ce que tu dis un chevalier ne fait pas seulement penser à la guerre mais
aussi au courage, à l'honneur, a une morale, une fédération. Parfois quand je lis Don quichotte je me dis que je suis don quichotte et que Djamp est sancho panza. L'écuyer se moque souvent du
chevalier qui semble voir des aventures chevaleresque à tous les coins de rue. Ayant lu pas mal de roman de chevalerie, ce livre me fait beaucoup sourir.