Histoire de la table ronde - Blog du Templier

Publié le par Le Templier

Histoire de la table ronde

 

 

graal.jpg

 

 

La Table ronde est, dans la légende arthurienne, la table légendaire autour de laquelle se réunissent le roi Arthur et ses chevaliers, dits « Chevaliers de la Table ronde ».

Le premier auteur à la mentionner est Wace, auteur normand, qui dans son Roman de Brut (1155) parle d'une table construite sur ordre d’Arthur afin d'y réunir ses meilleurs chevaliers. Elle est un symbole de paix et d'égalité, car il ne peut y avoir de préséance autour d'une table ronde :

« C’est pour les nobles seigneurs qui l’entouraient et qui tous se croyaient meilleurs les uns que les autres – et l’on aurait eu bien du mal à désigner le pire – qu’Arthur fit la Table ronde, cette table sur laquelle les Bretons racontent tant de fables. C’est là que prenaient place, dans la plus parfaite égalité, les nobles seigneurs. Ils siégeaient autour de la Table dans l’égalité la plus parfaite, et c’est dans la plus parfaite égalité qu’ils étaient servis. Aucun d’eux ne pouvait se vanter d’être mieux placé que son égal : tous siégeaient aux places d’honneur, aucun ne se trouvait relégué à l’écart.»

Cette table est peut être l’adaptation de la table des festins des mythes celtiques. Selon les auteurs, le nom et le nombre de chevaliers pouvant s’asseoir autour de la table varie ; Chrétien de Troyes parle d‘une trentaine, Layamon de 1600 !

D’après Robert de Boron, la table ronde serait une création de Merlin pour Uther Pendragon, en souvenir de la Table de la Cène et de celle fondée par Joseph d’Arimathie lors de son arrivée en Grande-Bretagne. À la mort d’Uther, la Bretagne plonge dans le chaos et la table est donnée au roi Léodagan. Lorsque Arthur arrive sur le trône et se marie à Guenièvre, fille de Léodagan, la table est donnée comme dot au nouveau roi qui installe cette table à sa cour. Dans cette version, la table accueille 50 chevaliers.

Les différents chevaliers appelés à s’installer autour de cette table ont leur nom inscrit sur le siège. Seul un siège ne porte aucune inscription et reste vacant en souvenir de Judas. C’est le « siège périlleux » sur lequel seul pourra s’asseoir le meilleur chevalier, celui qui trouvera le Graal et aura le cœur le plus pur. Ceux qui tentent leur chance mais qui ne remplissent pas ces conditions sont engloutis par la terre. Ce siège périlleux est une adaptation de la Pierre de Fal, pierre de souveraineté qui criait lorsque son souverain s’approchait d’elle.

 

 

Pourquoi une table ronde ?

Au Moyen Âge, les tables étaient de forme carrée. Le seigneur s’asseyait au milieu de la table en hauteur et les places d’honneur étaient situées à sa droite et à sa gauche. La forme ronde, symbolisant la fraternité, évite toute préséance entre ceux qui s’asseyent, leur rappelant que paysans n‘héritent de leur place que grâce à leur grade. Ainsi Les chevaliers d’Arthur forment un ordre chevaleresque « Les chevaliers de la table ronde » et représentent alors un idéal de la chevalerie.

 

 

T010061A.jpg

 

Texte tiré de Wikipédia

Publié dans Histoire et légendes

Commenter cet article

djamp 23/12/2011 14:44


 OUI ! 

djamp 23/12/2011 11:56


 Moi non plus je n'ai pas de complexe !  Et puis la sculpture de la table je m'en fous vu que j'ai mis une nappe à carreaux dessus , comme ça si après leur réunion, ils veulent manger un morceau, ils ne vont pas tout dégueulasser 

Le Templier 23/12/2011 14:15



Je préfère penser que c'est une blague...



djamp 22/12/2011 12:22


Et bien voila !   Tu vois quand tu veux !  Je n'avais pas encore lu l'article lors de mon précedent commentaire mais c'est exactement ce que je voulais dire. La chevalerie de la
table ronde avait un principe fondateur qui était l'égalité, la fraternité (si chère à Ségolène Royal ) et le trone
et la couronne viennent briser ce concept pourtant si fondateur de l'esprit même de la chevalerie. C'est un peu comme si l'on représentait Robin des bois avec une claymore parce que ça fait plus
"héros" et que l'on vire l'arc qui fait trop "peuple". Oui mais voila, la symbolique de l'arc, arme que l'on pouvait fabriquer avec facilité amène toute la moelle du personnage, il vit dans les
bois, utilise les armes que la nature peut lui procurer facilement, Robin sans son arc, c'est la table ronde avec un trone et une couronne ! un ratage de l'esprit qui doit entourer la figurine ou
la scéne !


Pourquoi j'aurais aimé un plus grand dépouillement au niveau de la sculpture de la table en pierre? pour respecter ce coté égalitaire, les chevaliers n'avaient pas tous les mêmes richesses et une
table moins ouvragée aurait été plus symbolique du fait que tous étaient logé à la même enseigne, pas de riches, pas de pauvres, pas de démonstration de richesse, la rudesse commune en quelque
sorte. Pour toi, ça ne doit etre qu'un détail insignifiant mais pour moi, la table ronde c'est comme le sceau des templiers, une symbolique qui donne toute sa profondeur à sa représentation. En
regardant la table ronde des EDG, je ne vois pas Arthur et des chevaliers, je ne vois que des chevaliers qui pretent serment dans un même pacte, tous ont la même valeur, Gauvain vaut Lancelot qui
vaut Arthur qui vaut Bohors qui lui même vaut son compagnon, etc.


La sculpture des figurines en tant que telle est superbe, la pièce est belle c'est incontestable mais elle souffre de manquements graves à la légende et surtout à son esprit ! Je passerais par
charité sur la question que j'avais posée au préalable entre Lancelot et Galahad car lorsque tu regardes bien les figurines, les deux ont le même age et pourtant Lancelot est le père de Galahad !
Encore un détail qui me géne, surtout de la part des EDG, les rois du détail !


L'épée du roi Arthur est différente des autres, c'est encore un détail mais cette fois, il est très bien rendu, Excalibur n'est pas l'épée de tous les chevaliers, les EDG ont pensé à marquer
cette différence, bravo à eux, c'est ce que j'aime chez eux mais pourquoi ne pas avoir eu la même démarche avec Lancelot père de Galahad, pourquoi cette couronne qui vient briser l'harmonie
égalitaire? pourquoi ce trône qui renforce encore cette différence de statut? pourquoi cette table richement dotée?


Je garde un dernier point pour demain ou après demain qui pour moi, est crucial, vraiment destructeur de cette représentation que je considère comme quelconque d'un point de vue "histoire de la
légende". Il y a de nombreuses imperfections deja mais celle qui reste est de taille et si je devais noter cette réalisation, je mettrais tout de même un bon douze avec comme commentaire:


"Bonne intention, superbe gravure mais un peu hors sujet" 

Le Templier 23/12/2011 11:34



Je suis d'accord pour le siège, il aurait du être identique aux autres quant à la table et sa décoration, je dis non ! outre ce que j'ai déjà pu dire, tu oublies pourquoi tu achètes la table
au départ. Tu vas dépenser dans une table et des chevaliers pour 1300€, tu veux un bel ensemble qui va décorer ta pièce, les regards de tes invités viendront obligatoirement sur celle-ci et tu
veux mettre une table ikéa sans cachet sans ame. Non je ne suis pas d'accord le siège est aussi dans cet esprit là, d'accord les EDG ont été au dela de la légende mais pour le collection, c'est
une claque. La table est magnifique, le trone est magnifique, ça jette !


Et finalement c'est ce que le collectionneur souhaite, savoir si en effet les EDG se sont permis une petite chicane sur la légende n'a pas vraiment d'importance. Merde j'ai claqué 200€ elle
est belle et je n'ai pas de complexe !