Histoire - Chevaliers de la Table Ronde - Blog du Templier

Publié le par Le Templier

Chevaliers de la Table Ronde

 

 

 

Il n'existe pas une légende arthurienne, mais des légendes arthuriennes. Cela est dû aux nombreux auteurs qui ont assemblé ces traditions au cours des siècles, depuis les premiers moines collecteurs jusqu'aux écrivains qui l'ont enrichie, comme Chrétien de Troyes ou plus récemment Xavier de Langlais. Ainsi le nom des personnages et les circonstances de leur vie (jeunesse, hauts faits, mort) varient d'une époque à l'autre, d'un pays à l'autre. Il existe cependant une unité de lieu : le royaume mythique de Bretagne, qui recouvre les territoires du centre, du sud et de l'ouest de la Grande-Bretagne actuelle ainsi qu'une partie non définie de la Bretagne continentale, et une unité de temps : la fin du Ve siècle et le début du VIe siècle quand les Romains viennent de quitter l'Île de Bretagne, période des grandes invasions qui précédèrent et suivirent la chute de l'empire romain d'Occident. Il ne s'agit donc pas à l'origine de personnages médiévaux, même si leur popularité en France a été portée par des écrivains du Moyen Âge.

Le cycle littéraire de la légende arthurienne est le plus connu des cycles de la matière de Bretagne. Il doit son succès à son statut de double récit, approché par de très nombreux auteurs depuis le XIIe siècle. D'un côté Camelot, utopie chevaleresque, défaite par les conflits entre Arthur, Lancelot et Mordred, entre autres. De l'autre la fabuleuse quête du Graal, entreprise par de nombreux chevaliers, dans laquelle beaucoup échouent (comme Lancelot) et de rares élus réussissent (son fils Galahad, notamment aidé de Perceval). Le cycle arthurien est, depuis quelques siècles, centré sur des thèmes chrétiens, tels que le péché, illustré par les actes des héros tour à tour vertueux ou malins, ou la quête de l'absolu, symbolisé par la relique suprême, le saint Graal. Les relations amoureuses, telles que celle de Lancelot et Guenièvre, ou Tristan et Iseult sont les prémices de l'amour courtois  . Plus récemment, la tendance est d'établir le lien de ces légendes avec la mythologie celtique, surtout depuis le début du XXe siècle.

 

2435218139_2.jpg 

 

J'ai trouvé ce texte sur le net, je note qu'il parle de légende celtique qui inclut le Graal.


  "A l'origine des légendes, il y a toujours un peu de vérité.
Pourtant, confondre légende et histoire serait une lourde erreur,
même si parfois les historiens ont pu mettre en évidence certaines preuves
étayant quelques-unes des plus fantastiques histoires.
On peut donc raisonnablement penser que les légendes
émanent de l'interprétation de faits historiques réels par les chroniqueurs.

Le Saint-Graal de la littérature médiévale européenne est l'héritier
sinon le continuateur de symboles de la religion celtique pré chrétienne
Parmi ses innombrables pouvoirs il possède, outre celui de nourrir (don de vie),
celui d'éclairer (illuminations spirituelles),
celui de rendre invincible La Quête du Saint-Graal.
Cette Quête exige des conditions de vie intérieure rarement réunies.
Les activités extérieures empêchent la contemplation qui serait nécessaire
et détournent le désir. Il est tout prés et on ne le voit pas.
C'est le drame de l'aveuglement devant les réalités spirituelles,
d'autant plus intense qu'on croit plus sincèrement les rechercher.
Mais on est plus attentif aux conditions matérielles de la recherche
qu'à ses conditions spirituelles"

"En effet dans la légende celtique, c’est Lancelot qui découvre le Graal,"


J'ai aussi trouvé ces représentations de la table ronde :

 

1003930-Chevaliers_de_la_Table_ronde.jpg

 

On voit le Graal et pourtant il y a combien de chevaliers ? On note aussi les habits pas d'armure, quelqu'uns ont des couronnes d'autres non... On remarque aussi un siège spécial pour ce qui semble être Arthur.

 

cheval10.jpg

Contrairement à Djamp je n'essaie pas de trouver la vérité dans cette légende cela me semble difficile devant les nombreuses sources plus ou moins "historiques". On voit bien la multitude de possibilités qui se présentaient aux EDG.

 

 

Publié dans Histoire et légendes

Commenter cet article

djamp 05/04/2012 22:30


 waou !!! absolument somptueux ! j'en connaissais quelques unes en 54 mm et quelques bustes en 200, mais franchement
la qualité de peinture est extraordinaire , beau cadeau que tu nous fais là ami Templier, ça valait vraiment le
coup 

Le Templier 06/04/2012 14:32



Les bustes, je les trouve vraiment épatant, c'est d'un réalisme bluffant !



djamp 05/04/2012 13:26


 Comme toi, je ne suis pas un grand fan de l'humour anglais mais ils ne doivent pas etre non plus des grands
fans de l'humour français 


Pour en revenir à la table ronde, je croyais que finalement tu aimais bien ta version siège périlleux et sièges identiques, avec le nombre de douze chevaliers autour, ça ressemblait plus à une
cohérence par rapport au graal que les versions antérieures non? je pense que les EDG ont voulu représenter la version Chrétien de Troyes ce qui est le plus logique par rapport à leur production,
après les approximations ne sont pas rédhibitoires mais le jeu voulait que l'on aille dans toutes les directions, celle de la légende en est une, il n'est pas facile d'attaquer la sculpture sur
autre chose que des détails donc je n'ai pas choisi cet angle .


Je ne sais pas si parmi les lecteurs du blog il y a des peintres de figurines mais il serait interessant d'avoir leur avis sur la question car je crois que les figurines historiques à peindre
sont excessivement pointilleuses sur l'aspect historique, un casque approximatif et c'est un échec commercial assuré. Je ne crois pas que l'on achète des figurines au hasard, on doit etre
sensible au sujet qu'elles traitent, ton sondage montrait l'importance de l'Histoire dans l'acte d'achat, après nous ne sommes pas des experts de toutes les époques et les EDG en couvrent pas mal
donc il est logique que nous ne nous rendions pas forcément compte de telle ou telle erreur. Pour ma part, je suis assez nul en médieval et je ne te cache pas que j'ai appris des choses avec les
EDG sur une armure, un personnage que je ne connaissais pas et j'ai pris plaisir à ça  , je crois vraiment
au role pédagogique d'une sculpture 


Si je prends l'exemple des bandes déssinées, je lisais hier une interview d'un dessinateur  qui expliquait qu'internet avait révolutionné son travail au niveau des recherches, avant il se
rendait dans des bibliothèques afin de se renseigner au maximum sur l'époque qu'il dessinait afin de coller au plus juste sur la vie de la période traitée, ses recherches pourraient apparaitre
comme superflues, le dessin étant là pour mettre en images le scénario dans une période précise mais pour lui, cet élement était la base de son travail. Il n'est pas le seul à penser cela, la
majorité des dessinateurs est comme lui, précis jusqu'aux proportions d'un batiment, d'un gréement, de la couleur d'une étoffe, on ouvre une BD et l'on est littéralement dans l'époque, sans se
poser de questions sur la véracité de tel ou tel élément, on sait qu'il y a un travail en amont de réalisé et je peux te dire que si le boulot est approximatif, le dessinateur se fait reprendre
de volée par les lecteurs dans les critiques des blogs. Et comme il y a de plus en plus d'historiens qui utilisent ce médium comme support, on est de plus en plus dans du travail d'orfévre. La BD
est un véhicule extraordinaire de culture au même titre qu'un livre, une peinture et ... une sculpture 


Je crois mais je me trompe peut etre, que ce qui fait la différence entre un pays comme la France ou un pays comme la Chine c'est le sens du détail. L'exception culturelle française qui existe au
cinéma, dit on, est qu'elle a ses propres critères, ses propres valeurs, je pense que cela est vrai dans d'autres domaines, les EDG ont une qualité technique de gravure excessivement performante,
l'une des meilleures du monde concernant l'étain, un catalogue de produits qui ne tombent pas dans le pur commercial, il faut oser un Hugues de Payns, un Simon de Montfort, une Anne Bonny, une
vraie prise de risque sur des "inconnues" du plus grand nombre, c'est ça aussi l'excellence, il est beaucoup plus facile de faire un Guillaume le conquérant, un Attila, un Jules césar, un
Napoléon ou alors de ne faire que ces pièces là. La Chine visera le plus grand nombre sans ce souci de véracité historique, faire du pas cher oblige à ne pas consacrer du temps à de la recherche.
Les EDG c'est le contraire, des figurines onéreuses avec des vraies prises de risque qui justifierait, à mon avis, un travail irréprochable sur une légende, un personnage célébre, une époque. Je
ne te parle pas de perfection, je parle de s'en approcher autant que l'on peut, des erreurs sont possibles mais essayer de les réduire au maximum, c'est dans cet esprit que je parle de "vérité",
Alexandre Dumas disait que l'on pouvait violer l'Histoire à condition de lui faire de beaux enfants, je ne partage pas cet avis, l'Histoire doit etre sacralisée au maximum, c'est ce qui fonde une
civilisation, c'est la base de tout, pas de royaume, pas d'empire, pas de république, nous sommes le maillon d'une chaine, sans les maillons qui nous précedent, nous ne sommes plus
rien 

Le Templier 05/04/2012 20:53



Oui la version test du siège périlleux n'est pas mal, elle est assez intéressante. Je pense aussi que les EDG ont voulu représenter la version de Chrétien de Troyes, ça parait évident.


Pour les figurines peintes, il faut juste faire un tour parmis certaines photos : https://picasaweb.google.com/103433745344839164965/Montrouge2012#


Je suppose qu'ils existent aussi des écueils, il est vraiment difficile de réaliser des figurines d'histoire sans erreur. Dans l'ensemble, les photos de montrouge ont l'air assez cohérente
mais je ne connais pas toutes les figurines existantes.


En fait je ne dis pas forcément qu'une figurine ne peut pas apporter de la culture mais je serai tout même perplexe quant à l'histoire d'une figurine. On ne connait pas forcément l'origine
des recherches ni la façon de les faire. On peut voir que certaines recherches des EDG ne sont pas assez poussées alors comment faire confiance dans la vérité historique d'une figurine. J'aurais
tendance à avoir plus confiance dans un livre que dans une figurine.


 



djamp 04/04/2012 22:29


 Un dragon sur une moto, il faut etre anglais pour aimer ça  Je ne suis pas un dingue des myth, je trouve que certains ont une atmosphère mais il y en a très peu et je ne suis pas trop
moto . La qualité de sculpture des myth est assez curieuse, c'est en plus un univers irréel, on nage dans le
magique, un peu comme dans Harry Potter, il y a une ambiance que seuls les britanniques arrivent à rendre mais je ne te dirai pas que ce sont des pièces inattaquables et que la sculpture est
parfaite car je ne le pense pas par contre certains univers me touchent, les pièces dans lesquelles il n'y a pas de dragon ou alors pas en personnage principale sont celles que je préfere mais je
ne suis pas un collectionneur des myth, j'ai cent fois plus d'EDG, je peux aimer le tableau d'un peintre sans pour autant aimer toute son oeuvre   Je te rejoins à 100 % sur l'humour anglais, le dragon qui joue au golf ou qui fait de la moto, ce n'est pas ma cup of tea non
plus 

Le Templier 05/04/2012 09:26



Je suis d'accord avec toi sur l'univers "irréel" . Si je peux me permettre une comparaison, les Myth and Magic
anglais, c'est un peu comme leur humour ...


Amis Anglais, si vous me lisez .



djamp 04/04/2012 10:07


 Et tu as le droit !  Je
comprends mieux ton terme d'inattaquable sur la table, il est cohérent, si la sculpture est belle, qu'elle traite vaguement d'un thème, cela te convient, ce qui me laisse naturellement à penser
que tu pourrais collectionner d'autres sujets aisément tant que la sculpture respecte les proportions, le titre de ton blog aurait pu etre donc complètement différent, le moyen age n'est qu'un
lointain décor sans grande importance puisque tu n'es pas sensible au respect d'un écrit, de l'Histoire, à la limite une armure donc tu es un futur client de figurines représentant robocop, iron
man, etc


Je n'ai rien contre  J'ai une démarche différente. J'ai comme tu le sais, quelques petits métiers en étain,
mon cahier des charges? qu'ils respectent ce qui a vraiment existé . Il y a de nombreuses légendes donc plutot
que d'en choisir une, on peut mélanger plusieurs versions pour en sortir une, c'est une possibilité effectivement .
J'en déduis que si tu étais un sculpteur des personnages bibliques et de l'Histoire du Christ, il y aurait une différence avec le nouveau testament tel qu'on le connait. Quatre évangiles mais il
y en a beaucoup plus en fait, l'église a choisi de réunir ces quatre là mais d'autres apotres en ont écrit mais comme il n'y avait pas d'unité entre eux, afin de donner une cohérence à
l'ensemble, l'église en a viré quelques uns. Sais tu comment était écrit un évangile? chaque apotre réunissait des fidèles autour de lui, racontait son témoignage qui perdurait de génération en
génération, et un courant décidait de le coucher sur le papier. Les évangiles ont été ecrit par des groupes environ entre l'an 65 et l'an 110 selon certaines versions soit des décennies après la
mort du Christ et ce, par un système de transmission orale donc très contestable d'un point de vue respect de la véracité des faits . Pourtant c'est la version officielle décrétée que demanda l'empereur Constantin qui fit la chrétienté actuelle mais elle est sujette à
contestation. Tout comme le graal. Doit on pour autant dire que comme il existe plusieurs versions, on peut choisir de les mélanger pour faire ce que l'on veut?


C'est ta position, pas la mienne. Dans notre société judéo chrétienne, la quête du Saint Graal c'est la version de Chrétien de Troyes qui fait référence, après tu peux vouloir mettre du celte
dedans mais ce n'est plus une version cohérente par rapport à la sculpture de Saint Georges, des templiers, du sceau de la fraternité, la table ronde est donc en marge des autres, il n'y a plus
d'unité, c'est esprit de légendes qui aurait du sculpter cette table, pas la société étain du graal 


Une dernière chose me dérange dans ton article du jour, les amours de Lancelot avec la reine sont les prémices de l'amour courtois ainsi que celles de Tristan et Iseult? Je dois avoir une
définition différente de l'amour courtois, l'un est un chevalier qui trompe son roi, si l'amour courtois est qu'il ne la prenait pas sur une table en soudard alors oui il était courtois quant à
Tristan ... . Je résume, Tristan est chargé de trouver une reine à son oncle le roi de Cornouailles, il trouve
Iseult. La reine d'Irlande remet un philtre d'amour à la servante d'Iseult afin que Tristan devienne son amant pour qu'elle ne soit plus vierge pour éviter l'union avec le roi , ce qui se passe
mais un subterfuge de la servante permet quand même le mariage. Après dissipation du filtre, les deux amants se quittent, Tristan partira épouser une autre Iseult qui visiblement ne l'interessait
pas plus que ça, l'amour je vois un peu mais le courtois j'ai plus de mal  Ou alors si la définition de
l'amour courtois est définie suivant la caste des protagonistes, dès que l'on était de noble naissance, on forniquait courtois, on était courtois avec plusieurs femmes à la fois ou de manière
adultérine, belle valeur que l'on a raison de mettre en avant pour définir la courtoisie amoureuse, le bunga bunga médieval . Preux ça veut dire quoi? qu'on se cachait durant les batailles mais qu'on ne tuait pas dans le dos? 


 

Le Templier 04/04/2012 20:04



Mais j'aime bien Robocop et Iron Man mais je dirais que je suis attaché à de l'évocation médiévale et non à l'histoire médiévale des figurines vu que les figurines historiques sont plus que
rares si l'on regarde bien.


En même temps ton cahier des charges pour les Myth and Magic, j'ai un doute car un dragon sur une moto avec un
super diamant bleu...Je ne suis pas tout à fait certain de l'éxistence de la chose mais je peux me tromper .


Mais oui justement, comme il y a de multiple possibilités et c'est flagrant pourquoi finalement être si pointilleux sur quelques choses qui est inexacte.


Mais le nom de la société n'oblige pas à faire que cela, on pourrait tout de même attendre que le nom de l'entreprise soit honorée avec une pièce fidèle à la légende mais on se heurte une
nouvelle fois à la même question où s'arrête la représentation historique d'une figurine. Je connais ta réponse mais on verra dans un autre article qu'il y a d'autres soucis que tu n'as pas
relevé qui remettent en cause toute la table ronde. Dans ce cas là, la table ronde n'aurait jamais du voir le jour.


Pour Tristan, nous pourrons reparler de l'amour courtois lors de la parution de l'article sur Tristan. J'ai lu le livre au collège, je crois, je l'ai retrouvé, je le relirai sans doute mais
comme tu le rappeles ici, c'est un philtre d'amour qui trompe les amoureux.