Histoire - Rollon - Blog de Ma Collection - Le Templier

Publié le par Le Templier

Histoire - Rollon

 

 

Suite à une remarque judicieuse de notre ami Djamp, je me suis aperçu que je n'avais pas présenté l'histoire de Rollon.

 

DSC01040

 

Rollon   (mort entre 928 et 933) est le chef viking à l'origine du duché de Normandie. En 911, en contrepartie de l'arrêt de ses pillages, il reçoit du roi Charles le Simple un territoire autour de Rouen. Environ cent ans plus tard, cette concession deviendra le duché de Normandie. 

 

Rollon est parfois appelé Robert Ier le Riche, Robert étant le nom qu'il reçut à son baptême.

On trouve aussi une variante à partir du nom équivalent issu du germanique continental latinisé Rodulfus (Rodolphe), et une autre variante latinisée Radulfus (Ralf, Ralph), d'où son autre nom de Raoul. Plus souvent, on le surnomme « Rollon le Marcheur », car la légende raconte qu'aucune monture n'a jamais été capable de porter son imposante stature de plus de deux mètres pour plus de cent quarante kilos. Pour d'autres, la légende devait montrer Rollon comme un géant puisqu'il était puissant et redouté. De son côté, Régis Boyer, professeur de langues, littératures et civilisation scandinaves à l'université de Paris-Sorbonne, avance que ce surnom fait référence à ses multiples voyages, à son extraordinaire périple.

 

 L'histoire de Rollon est assez incertaine, notamment ses origines. L'historien Lucien Musset fait remarquer que « le succès de sa dynastie (Rollon est à l'origine de la lignée des ducs de Normandie) a créé autour de lui un halo de légendes ».

De plus, les sources qui évoquent ce personnage sont presque toutes tardives. Certaines d'entre elles racontent qu'il serait né au Danemark en 845. Les sagas islandaises du XIIIe siècle le présentent plutôt comme un Norvégien. C'est cette dernière thèse qui semble emporter l'adhésion aujourd'hui. Ces mêmes sagas expliquent que Rollon est le fils de Rognevald, un jarl (comte) de la région de Møre og Romsdal, dans le centre-ouest de la Norvège. Les ruines de son château se trouveraient dans la banlieue sud d'Ålesund. Comme beaucoup d'autres Scandinaves, il est finalement contraint à quitter son pays et à parcourir les mers. L'Heimskringla raconte qu'il est banni de Norvège par le roi Harald à la belle chevelure pour s'être livré à des actes de pillage dans le pays.

Selon toute vraisemblance, il prend la tête d'une bande de Vikings, essentiellement des Danois et quelques Norvégiens, s'attaque principalement aux côtes de la Mer du Nord et de la Manche. Dudon de Saint-Quentin. Un historien du début du XIe siècle, ajoute plusieurs détails, invérifiables : après son bannissement de Norvège, Rollon trouve refuge auprès du roi anglo-saxon Alstelmus. Ce dernier lui confie une petite troupe d'Anglais et le Viking part ainsi avec sa bande anglo-scandinave ravager la Frise, l'embouchure du Rhin et de l'Escaut.

Dudon de Saint-Quentin place l'arrivée de Rollon dans le royaume franc en 876 exactement. Là encore, aucune preuve ne permet de vérifier cette affirmation. Aujourd'hui, plusieurs historiens, comme Jean Renaud ou Lucien Musset avant lui, doutent de l'exactitude de cette date, et proposent une datation plus tardive (890-905).

 

200901-Heros-Rollon.jpg 

 


Premiers contacts avec la Normandie

En tout cas, quelle que soit la date, Rollon aborde la Francia par la Seine. Il découvre une région (la future Normandie) pillée régulièrement depuis 841 par ses compatriotes vikings. Sa bande s'installe à l'embouchure de la Seine et de là lance différents raids dans le royaume franc. Notre principale source, Dudon de Saint-Quentin, rapporte que Rollon participe au siège de Paris (celui de 885-886), s'empare de la ville de Bayeux peu après et pille la Bourgogne.

L'historien Pierre Bauduin défend la thèse d'une installation précoce de Rollon en Normandie. Une installation suffisamment longue pour que le chef viking noue des contacts avec les représentants du pouvoir carolingien et de l'Église. N'épouse-t-il pas, more danico, Poppa, la fille du comte de Bayeux Bérenger, après la prise de la ville et après avoir tué celui-ci ? Rollon développe sûrement des alliances avec les autorités en place, de telle manière qu'au début des années 910, il n'est plus un obscur chef de bande.

 

Le traité de Saint-Clair-sur-Epte (911)

En 910-911, l'armée de Rollon échoue à prendre Chartres ; la légende prétend que Gancelme, évêque de la ville, aurait fait partir Rollon en brandissant le voile de la Vierge Marie. Il faut surtout y voir l'intervention conjointe des grands aristocrates du royaume : Robert, duc des Francs ; Richard le Justicier, duc de Bourgogne et Manassès, comte de Dijon. C'est le moment que choisit le roi carolingien Charles le Simple pour négocier avec le puissant chef scandinave. Les négociations aboutissent au traité de Saint-Clair-sur-Epte en 911. Ses clauses ne nous sont connues que par le récit de Dudon de Saint-Quentin. Le roi cède à Rollon une partie de la Neustrie, certainement le comté de Rouen, base du futur duché de Normandie. En échange, Rollon s'engage à bloquer les incursions vikings menaçant le royaume franc. Il se fait baptiser en 912 en la cathédrale de Rouen sous le nom de Robert, du nom du duc Robert, son parrain de baptême et ancêtre des futurs rois capétiens.

   

Gouvernement de Rollon

Il restaure la paix et la sécurité en Normandie. Une légende raconte que Rollon suspendit pendant trois ans un anneau d'or à un arbre de la forêt de Roumare sans que personne n'ose le voler. Le jarl s'appuie sur l'archevêque de Rouen pour relancer l'Église séculière et rétablir la vie monastique. Les moines de Saint-Ouen de Rouen osent revenir avec leurs reliques. La normalisation sur le plan religieux reste toutefois à ses prémices.

Rollon bouleverse-t-il le gouvernement de la région par rapport à ses prédécesseurs carolingiens ? S'inspire-t-il par exemple des institutions scandinaves pour réformer son nouvel État ? Les sources à notre disposition ne permettent pas de répondre. Il faut attendre les successeurs de Rollon pour comprendre l'administration du jeune duché.

 

traite-de-saint-clair-et-bapteme-de-rollon-saint-clair-sur-.jpg

 

Rollon le Marcheur, signant en 911 le traité de Saint-Clair-sur-Epte, s'engage à se convertir. Son baptême est représenté sur ce vitrail. Selon la tradition, il aurait épousé Giselle, la fille de son ancien adversaire, à l'église Notre-Dame. Dans ces mêmes lieux, en 946, son descendant Richard sans Peur est reconnu duc de Normandie par le roi Louis IV.

Publié dans Histoire et légendes

Commenter cet article

djamp 30/08/2011 23:44



Interet de l'alliage? bonne question ami Templier ,  à mon tour , pourquoi le prince noir deuxième version coute 125 euros en alliage et 135 en étain alors que Rollon coute 56 euros en alliage et 74 en
étain? 



Le Templier 31/08/2011 16:23



Je trouve ridicule la différence de prix du Prince Noir, ça me fait sourire limite rire voire en avoir un fou rire .


Pour Rollon je comprends plus vu que c'est une pièce à l'unité. La marge est plus logique.


Par contre si on compare les deux pièces ensemble, Rollon et Le prince Noir. Avec le Prince Noir j'ai l'impression de me faire arnaquer. 135€ pour une figurine et un décor recyclé donc pas
cher et de l'autre une figurine à 74€. Hum laquelle prendre sachant que Rollon est une des plus belle dernière nouveauté ?



djamp 30/08/2011 18:51



En fait, je crois, saus erreur de ma part, que les 50 exemplaires sont en étain, pour l'alliage je ne sais pas mais je ne pense pas que ce soit à tirage limité, si c'est comme pour le sceau, je
pense que les exemplaires en étain sont deja pret car lorsque j'avais passé une commande chez Répliqua, il y avait eu pas mal de retard car l'atelier bossait sur la nouvelle pièce donc je crois
que pour ce qui est de l'étain, ça doit deja etre fini. Pour l'alliage, même sur commande, je ne pense pas que ça parte comme des petits pains, c'est quand même assez cher et en plus pour savoir
que ça existe ... il faut soit connaitre Répliqua Paris soit Noirmoutier, ça limite les choses considérablement, l'achat d'impulsion à 1 000 ou 2 000 euros (alliage ou étain, je ne connais pas
les prix définitifs), je n'y crois pas de trop. Tu peux acheter sur un coup de coeur une pièce à 50 voire 80 euros mais pour une grosse pièce comme ça, à moins d'avoir un gros capital, ça se
réflechit quand même un peu . Je ne sais pas combien de table se sont vendues en un seul achat mais je pense que
la plupart des collectionneurs ont acheté petit à petit, maintenant, je peux me tromper, je ne connais pas trop les ventes mais si les EDG ont permis d'acheter pièce par pièce c'est que ça ne
devait pas partir aussi facilement que ça en un coup



Le Templier 30/08/2011 20:25



Oui d'ailleurs c'est encore assez drole comme stratégie, on nous dit vouloir faire de l'alliage pour rendre plus accessible les figurines, admettons ! Mais comme tu le fais remarquer même en
alliage les mousquetaires ne sont pas accessibles...


  Intérêt de l'alliage
alors 



djamp 30/08/2011 14:47



Et la fin d'année alors !  Les mousquetaires, ce sont cinquante exemplaires, c'est peu pour faire tourner
l'atelier, cette série excessivement limitée, une fois qu'elle est réalisée n'empeche pas d'espérer avoir deux ou trois nouveautés pour le plus grand nombre en fin d'année. En tout cas, je suis
plus optimiste que toi sur cette affaire, il n'y a pas de raison que cela ne se fasse pas en tout cas. Pour une mini scénette, d'Artagnan plus la fontaine plus un combattant, on est deja à plus
de 200 euros alors je ne pense pas que ça se fasse un jour ou alors avec deux opposants mais pour 500 euros 



Le Templier 30/08/2011 17:52



50 exemplaires avec 9 figurines dont des cavaliers. Plus les commandes en étain qu'ils vont avoir d'autres figurines, ils vont être surchargés.


Pour la mini scènette j'attends de voir la sortie de la pièce mais j'ai déjà ma petite idée.



djamp 30/08/2011 12:32



Merci à toi pour ces informations bien utiles car il est vrai que je ne connaissais pas l'histoire de ce personnage. D'ailleurs, s'il m'arrive de critiquer les EDG sur ce que je trouve négatif,
je tiens à les féliciter sur la variété de leurs personnages car certains d'entre eux m'étaient méconnus et grace à eux, j'ai pu apprendre qui ils étaient. N'étant pas un spécialiste des
templiers, j'avais une très vague notion de Jacques de Molay, Hugues de Payns m'était complétement inconnu, le vicomte de Trencavel et son ennemi Simon de Montfort étaient dans le même lot, et il
est agréable d'avoir d'autres figurines que Napoléon, Jeanne d'Arc, Charlemagne, etc. Je ne sais pas qui choisit les personnages aux EDG mais visiblement c'est quelqu'un qui aime l'Histoire et à
sa manière, il nous le fait partager, je l'en remercie, c'est un apprentissage bien agréable qui change l'approche que l'on peut avoir pour se cultiver sur telle ou telle époque. Je connais mieux
désormais l'ordre des templiers, les cathares et le moyen age qui n'étaient pas, au départ, des périodes qui m'interessaient plus que ça. Rollon fait partie des belles découvertes, j'espere qu'il
y en aura d'autres de cette qualité dans un avenir proche



Le Templier 30/08/2011 13:50



L'avenir proche c'est les mousquettaires, je ne suis pas sûr que d'autres figurines soient en préparation pour cette année, il faudra attendre l'année prochaine pour ceux qui ne peuvent pas
avoir les mousquettaires. J'espère tout comme pour l'adoubement qu'ils feront une mini scène abordable au grand public. Par exemple les gardes qui se battent sur la fontaine en incluant la
fontaine. Ca pourrait être une mini scènette abordable entre 150 et 200€.