Ma Collection - Le Buste de Bertrand Du Guesclin - Blog Du Templier

Publié le par Le Templier

Bertrand Du Guesclin :

Je vous présente le second buste des étains du Graal récemment acheté.


Il se fait remarquer dès son enfance par sa force, son habileté dans les exercices du corps et ses goûts belliqueux. A 15 ans, lors d'un tournoi sur la Place des Lices à Rennes, où il a interdiction de participer, il défait tous ses adversaires, avant de refuser de combattre son père en inclinant sa lance par respect au moment de la joute.

Bertrand du Guesclin se fait connaître en 1357 en participant à la défense de Rennes assiégée par le duc de Lancastre. Il est nommé capitaine de Pontorson et du Mont Saint-Michel. Il commence à signaler sa bravoure dans les guerres que se livrent Charles de Blois et Jean de Montfort pour l'héritage du duché de Bretagne : il soutient les droits du premier, imposé par le roi de France.

En 1360, il est lieutenant de Normandie, d'Anjou et du Maine puis, en 1364, capitaine général pour les pays entre Seine et Loire et chambellan de France.

Il passe en 1361 au service de la France et célébre l'avènement de Charles V en avril 1364, en remportant la bataille de Cocherel contre l'armée du roi de Navarre. Il reçoit le duché de Longueville en Normandie.

Après cette victoire, il vole de nouveau au secours de Charles de Blois en Bretagne ; mais, en septembre 1364, à la bataille d'Auray, malgré tous ses efforts, son parti est battu : il est fait prisonnier par John Chandos, chef de l'armée anglaise. Le roi de France paie sa rançon.

 

En 1365, à la demande du roi de France, il délivre le royaume des Grandes compagnies, amas de soldats indisciplinés qui ravageaient les provinces. Il les persuade de participer à la première guerre civile de Castille au côté d'Henri de Trastamare qui dispute à Pierre le Cruel le trône de Castille. Il s'y couvre de gloire, et déjà il a anéanti le parti de Pierre le Cruel, lorsque celui-ci appelle à son secours deux vaillants capitaines anglais, Chandos et le Prince Noir.

Du Guesclin est défait et pris après des prodiges de valeur à la bataille de Nájera, livrée contre son avis. Il est fait prisonnier et n'est libéré que contre une forte rançon, à nouveau payée par Charles V. Il participe et venge sa défaite à la bataille de Montiel, en 1369. Il rétablit Henri sur le trône et, en récompense de ses actions en Espagne, il est fait duc de Molina.

En octobre 1370, revenu en France, il est fait connétable par Charles V. Sa grande entreprise va être d'expulser les Anglais. Contrairement aux habitudes de la chevalerie française, il ne procède pas par grandes campagnes mais préfère reconquérir méthodiquement des provinces entières, assiégeant château après château. Il va chasser les Anglais de la Normandie, de la Guyenne, de la Saintonge et du Poitou.

Bien souvent, le siège ne dure pas, l'issue en étant accélérée par un assaut victorieux ou plus souvent encore par une ruse. Pour libérer Niort de la domination anglaise, il utilise un subterfuge : il fait revêtir ses soldats de l'uniforme anglais. Ceux-ci, confiants, ouvrent les portes de la ville et l'armée de du Guesclin s'en empare.

Charles V, ayant en 1378 essayé de confisquer la Bretagne à Jean IV, les soldats bretons, jaloux de l'indépendance de leur patrie, désertent l'armée de du Guesclin, et le connétable est soupçonné lui-même de trahison. Indigné d'un tel soupçon, il renvoie aussitôt au roi son épée de connétable, et veut passer en Espagne auprès de Henri de Trastamare ; mais, apaisé bientôt par le roi, qui reconnaît son erreur, il retourne dans le Midi pour combattre encore les Anglais.

En 1380, il combat contre les Grandes compagnies en Auvergne et le sud du Massif central, et il met le siège devant Châteauneuf-de-Randon : après plusieurs assauts terribles, la place promet de se rendre au connétable lui-même, si elle n'est pas secourue dans 15 jours. Mais du Guesclin meurt dans cet intervalle (d'avoir bu trop d'eau glacée après avoir combattu en plein soleil), et le gouverneur vient, la trêve expirée, déposer les clefs de la place sur son cercueil. Son corps est déposé à Saint-Denis.

Du Guesclin avait souhaité que son corps repose en Bretagne après sa mort.




























Je ne regrette pas l'acquisition, finalement le seul que je voulais réellement acheter ma légerement déçu et les deux autres, le Prince Noir et celui ci m'ont agréablement surpris.














La présentation du second buste est terminée, je vous invite à découvrir le troisième qui sera sans doute publié ce soir.

Présentation de mes Bustes - Blog de Ma Collection de figurines

Commenter cet article